Franchisés ou affiliés : créez votre propre site internet ! Garage automobile, cuisiniste… #émancipationdigitale

Quand on parle de site internet pour un franchisé ou affilié (tel qu’un garage automobile, une concession auto ou même un cuisiniste) on trouve de nombreux avantages à créer un site web qui se différencie de celui de la structure mère du réseau commercial.

En général, une marque à forte popularité fournit le matériel commercial (nom, graphisme etc…) et fournit également une existence digitale aux entreprises concernées.

Est-il utile de créer un site alors que la marque mère en a déjà un, et consacre une page à l’affilié ?

Comment se passe la création du site web dans cas ? Ces réponses et bien d’autres vous attendent dans les lignes qui suivent !

 

Je suis franchisé ou affilié : POURQUOI créer un site internet indépendant ?

 

Première raison : l’identité !

 

Tout d’abord, notons que le « pourquoi » est sans doute la meilleure question à se poser quel que soit le projet web. Pourquoi veut-on investir sur un site internet ? Et à plus forte raison pourquoi, quand la marque dont on dépend en a déjà un qui nous consacre en plus généreusement une page dédiée !

La première réponse c’est qu’il s’agit d’une question de proximité. Si Peugeot, Century21, Mobalpa,  Bo Concept etc… ont maintenu des points de vente locaux, c’est parce que l’élaboration d’un projet passe par un contact humain de proximité. Il faut accompagner le client dans la maturation de son projet jusqu’à l’acte final d’achat.

Si déjà à l’étape du site internet, vous êtes retranché derrière le site généraliste de la marque, c’est comme si vous annonciez au client : « Je ne suis qu’un Renault (parmi d’autres) »… La perte d’identité déshumanise votre relation. A court terme pour un prospect, cela pose des problèmes d’acquisition et à long terme cela mène à des difficultés de fidélisation. Bref ne soyez pas un simple intermédiaire, pour votre client ne soyez pas « un Renault » mais soyez plutôt SON Renault ! Vous existez réellement en tant que PME et cela commence par un site qui vous appartient. Il doit respecter les codes de la marque mais vous permettre d’exister au niveau local.

Capture d’écran du site de notre client LGV Automobile (Renault Rognac), qui respecte la charte graphique Renault mais permet d’exprimer son identité avec des photos locales et un descriptif services et positionnement appropriés.

Deuxième raison pour créer un site web indépendant de la franchise : la visibilité

Un site internet de franchisé (lorsqu’il est bien référencé par son agence web) devient beaucoup plus visible sur Google à l’échelon local. Vous n’avez pas idée du nombre de fois qu’une recherche du type « franchise + ville » est tapée chaque mois. Voici un exemple de chiffre :

« Volkswagen Marseille » : 2400 recherches par mois

Alors, cela ne vaut-il pas le coup de choyer votre positionnement sur Google et votre image avec un site internet pour ce(s) millier(s) de visiteurs potentiels ?

Notez que pour pouvoir bien vous référencer sur Google, un site internet dédié à votre concession automobile (ou votre franchise) sera bénéfique. Sinon le positionnement est très souvent compliqué ou provisoire.

Je me permets maintenant une petite digression sur les avis. Si vous avez des doutes sur le site, vous pouvez regarder comment Google considère votre entreprise. Vous regarde-t-il :

a) comme une fraction de la marque mère ?

Ou

b) comme une entité à part entière ?

Réponse b Jean-Pierre !

Et oui si on regarde la capture ci-dessous, les fiches Google Plus regardent chaque « point de distribution local » comme une entité à part entière. Les clients y laissent des avis (sur votre magasin en particulier et non sur la marque en général !). Il y a même une case prévue pour rediriger vers votre site web dédié. Très souvent d’ailleurs pour les franchisés, cette case ramène vers une sous page du site généraliste de la marque. On va y trouver vos horaires et votre adresse… bref une page d’annuaire qui fait le job à minima… mais qui n’exploite nullement le côté humain et le besoin de proximité qui font la raison d’être des points de vente ! Si vous êtes concerné, bienvenue dans votre paradoxe digital.

Ici vous voyez la capture d’écran, sur la recherche « Renault Rognac ». Elle donne notamment la fiche Google Plus pour notre client LGV Automobile, qui lui a fait le choix d’un site dédié.

Bref, vous n’êtes pas un point de vente lambda. Dès lors que vous fournissez écoute, conception, conseil personnalisé sur un achat, vous vous devez d’avoir un site.

 

Toujours pas convaincus de l’utilité d’avoir un site indépendant ? Peut-être en tout cas que vous commencez à percevoir l’intérêt, le but de cet investissement. Maintenant on peut se demander si la chose est rentable.

Franchisé : la création de mon site web serait-elle rentable ?

 

Gains potentiels de votre émancipation

Le retour sur investissement d’un site internet dédié est (comme toute action de communication) difficile à évaluer précisément surtout devant la diversité de franchisés que j’ai cité. Néanmoins, on peut affirmer qu’au-delà du gain d’image de marque (qui aidera l’ensemble de vos actions commerciales à transformer vos prospects en clients), vous gagnerez en visibilité. Pour reprendre l’exemple de la concession, on voit que sur une requête comme « marque + ville », il y a 2000 recherches par mois.

Supposons que le site placé en tête de la 1ère page Google, capte 33% des visiteurs qui ont tapé la recherche, cela ferait donc environ 660 visites supplémentaires par mois sur le site. En e-commerce, on considère qu’on fait passer à l’acte d’achat 3% des visiteurs du site (cela dépend bien évidemment du secteur et du rapport qualité/prix des produits). Si on part sur ce ratio, on gagne chaque mois en magasin, 20aine de visiteurs prêts à consommer. A vous de transformer l’essai.

C’est peu ? Non, nous n’avons considéré qu’une seul mot clé (ou expression clé plutôt) et on obtient déjà 20 consommateurs prêts à acheter. Sur le cycle de vie de votre produit, disons 4 ans pour la voiture, on peut considérer qu’un acheteur dépensera plus de 20000€ (achat, entretien, et je prends des valeurs faibles). En prenant un taux de marge moyen de 5% (là encore un taux très faible si on prend la moyenne des franchisés), chaque client converti rapportera 1000€ net. Sur la manne des 20 visiteurs intéressés, si les vendeurs en magasin n’en transforment rien que 2, votre site aura généré 2000€ de profits additionnels ce mois. A l’année ce serait 25 000€… cela laisse donc normalement largement la place d’investir sur un site web !
Evidemment si votre panier moyen est à 10€ et que vos clients répondent à des achats impulsifs peu planifiés (je pense à l’enseigne d’un Mac Donald’s ou d’un Zara) je serai moins catégorique sur l’intérêt d’un site dédié. Mais sinon à mon sens il faut foncer.

Coût de l’émancipation digitale

Evidemment tout est toujours fonction du besoin que vous avez. Très souvent, la différence va venir de si vous voulez ou non montrer un catalogue produit sur votre site.
Par exemple, certains professionnels de l’automobile veulent inclure le catalogue des véhicules d’occasion sur leur site internet (et donc intégrer des fonctionnalités de tri particulières). Mais dans la majorité des cas les franchisés souhaitent un site assez simple, qui respecte la charte graphique de la marque et qui soit bien référencé sur Google. Le catalogue est similaire à celui de la marque et donc on laisse cette charge au site national. Cela simplifie les choses et permet de se consacrer sur l’argumentaire local : proximité + qualité du conseil humain = votre satisfaction d’achat en magasin.

En termes de coûts pour votre site et votre référencement, vous trouverez en agence web des tarifs qui vont du simple au quadruple. Mais n’est-ce pas le cas quand on va regarder les modèles chez Dacia puis chez Audi pour au final dans les deux cas acheter une voiture qui roule ? Par contre, à charge pour vous en tant que client de bien vous renseigner pour savoir si en face de vous, il y a une cohérence qualité/prix. Chaque positionnement est respectable. Ce qui est à fuir en revanche, c’est le low-cost qui se fait passer pour du premium et en facture le prix. Pour vous faire une idée, interrogez les clients du prestataire (beaucoup de clients que vous aurez choisi au hasard, et non pas des clients vers lesquels l’agence ou son concurrent vous aura opportunément guidés). Regardez les références des agences et rencontrez les.

Pour quand même sortir un chiffre, parce qu’il le faut bien pour mon exemple, supposons qu’une agence vous propose 300€/mois pour vous accompagner sur votre projet web (à savoir l’achat du site et son référencement). Les gains mensuels potentiels ont été précédemment estimés à 1000€. Dans ce cas n’hésitez pas longtemps… le projet web est rentable à coup sûr. Reste ensuite le choix du roi à faire, entre les propositions des différentes agences web.
Je vous l’accorde, des fois la nuance est moins nette il vous faudra approfondir, mais les projections des points morts du projet sont souvent faisables. Et le rapport coût / bénéfice potentiel souvent très intéressant sur les profils de franchise ou affiliations que j’ai citées.

Créer un site hors du réseau national est-ce compliqué ? Ou l’angoisse du manque de temps

La réponse tient en 2 mots : « Rassurez-vous ! »

Pour un franchisé qui souhaite s’émanciper au niveau digital, une grosse partie du boulot a déjà été faite en amont par l’enseigne nationale. Merci !

La charte graphique est disponible et les photos aussi. Il ne reste donc plus qu’à rédiger le texte qui expliquera les services que vous proposez, vos horaires et quelques atouts que vous avez dans votre manche par rapport à la concurrence (meilleurs délais ? excellence de l’accueil client ? Promotion en ce moment ?). Ce genre de rédaction en général vous appartient, mes certaines agences web peuvent inclure la prestation à leur catalogue (c’est notre cas). Cela peut-être nécessaire si vous n’avez pas les compétences en interne ou il peut s’agir simplement d’un confort pour gagner du temps.
Les productions de site internet de franchises roulent souvent très bien pour le client. La vraie différence je le disais plus haut, va concerner l’intégration ou non du catalogue des produits neufs (et celui des voitures d’occasion pour les concessions automobiles).
Il est toujours possible de le faire. Mesurez juste avant si le jeu en vaut la chandelle pour vous. Il faut déjà que vous ayez quelqu’un de disponible pour mettre à jour les entrées / sorties des produits. Je recommande pour ma part de laisser cette charge au site du réseau commercial national.

En conclusion

Les sites internet de franchisés ou assimilés, notamment dans l’automobile, sont très souvent une bonne idée quel que soit le raisonnement que l’on tient.
– Avec un raisonnement quantitatif (mathématique) : quand les produits vendus représentent un CA de plusieurs milliers d’euros avec des marges correctes (au-delà de 5% cela marche souvent donc autant dire donc que cela concerne toutes les concessions auto, les cuisinistes ou les vendeurs de beau mobilier, entre autres…) il est possible de mener un projet digital rentable en s’émancipant.
– Avec un raisonnement qualitatif : le site et son référencement améliorent votre image de marque et renforcent votre identité locale. Ils font partie de votre stratégie multicanale et constituent souvent une arme supplémentaire pour votre force commerciale, en attirant des prospects ou en sécurisant la décision de ceux qui avaient reçu une proposition et tergiversaient.
– Avec un raisonnement d’investissement personnel : le site sort vite et c’est un projet plus facile. Les chefs de projet des franchisés n’ont pas à investir beaucoup de temps sur les productions de site web. Les agences digitales disposent déjà d’un arsenal fourni par la marque chapeau pour élaborer un site efficace. Vous serez beaucoup moins sollicité que pour un projet web plus classique et le résultat sera au rendez-vous.