Les sites internet pour notaires : création, fonctionnalités et référencement

Avec la mise en place d’une loi permettant l’installation de nouveaux notaires (étalée entre 2016 et 2018), le besoin de visibilité pour ces jeunes notaires est d’actualité.
Les enjeux d’un site internet pour un nouveau notaire sont multiples :

  • Avoir un site attractif et dynamique, tout en proposant les documents et informations importantes relatives aux actes notariés.
  • Disposer sur le site de fonctionnalités permettant la prise de rendez-vous et la gestion de ceux-ci.
  • Avoir une visibilité nationale mais également internationale car nombreux sont les investisseurs étrangers

Nous allons donc faire le point sur les spécificités du web concernant le secteur notarial.

Un site web entre institution et modernité

Tout comme le métier de notaire a évolué ces derniers années, le web se modifie également et propose des solutions pertinentes et au goût du jour.

Donner une image moderne du métier

Sans aller dans la création d’un site web tape à l’oeil, les outils mis à disposition aujourd’hui permettent de créer des sites dynamiques et modernes tout en respectant les codes inhérents à la profession. Il ne s’agit pas simplement de toucher la clientèle des primo accédants, mais plutôt de se différencier en donnant une dynamique d’ensemble. Avoir un site internet d’actualité est ainsi un très bon moyen de montrer à vos clients et aux internautes l’image d’une institution respectable ET qui va de l’avant.
On pourra ainsi privilégier les sites en pleine page avec de grands visuels, plutôt  que des sites  qui privilégiaient une taille réduite du contenu (adaptée aux écrans « d’époque »)

Une réelle plus-value pour l’activité de notaire

Au-delà d’être une simple vitrine de votre métier, les sites web de notaires peuvent également devenir des outils fonctionnels qui auront un impact sur les process de votre activité.
Il est ainsi possible par exemple de mettre en place une solution efficace pour la gestion des rendez-vous et la gestion des dossiers :

  • Système de prise de rendez-vous directement inclus sur le site, avec une possibilité de relance automatisée par mail / sms (pour éviter les « lapins » de dernière minutes lors des rdv). Ce système est analogue à celui des relances pour les rdv médicaux.
  • Système de gestion des dossiers clients (pièces à fournir pour un dossier d’achat immobilier, d’une succession, etc.), une forme de check-list permettant de savoir facilement où en est chaque dossier.

Le point central c’est qu’un site n’est pas seulement une carte de visite, il peut également permettre un gain de temps important, améliorant donc la gestion globale des dossiers.

Le référencement sur Google pour les notaires : pourquoi s’y pencher ?

La question est légitime car il peut y avoir plusieurs résultats concernant les études notariales pour un même lieu. Mais en plus, la première page de Google sur une recherche « étude notariale + ville » ne va pas forcément comporter que des notaires. Il est possible d’y trouver de nombreux annuaires, des sites institutionnels (le site de la ville en question par exemple) et les sites d’autres notaires.
Il est donc important d’accorder une partie du budget web pour accroître la visibilité du site et être visible au milieu de tous ces résultats.

Une clientèle importante au-delà de nos frontières

Le deuxième point à prendre en compte pour un notaire est l’importance que peut revêtir sa clientèle étrangère. En fonction des lieux, il n’est pas rare qu’une bonne partie des actes de notariaux soit faite pour des clients venant de l’étranger : Etats-Unis, du Royaume-Uni ou des Pays-Bas, tout particulièrement dans l’immobilier sur les secteurs touristiques.
La visibilité du site en dehors de Google.fr est donc importante pour le notaire, car cela peut être une source non négligeable de trafic vers le site.
Il sera donc primordial de mettre en place une stratégie visant l’international, avec notamment une traduction complète du site en fonction du pays souhaité ainsi qu’une optimisation interne pour répondre aux critères de qualité de Google.

Conclusion

Il existe un réel enjeu pour les notaires sur le web. Qu’il s’agisse d’acquérir de nouveaux clients via une présence sur les moteurs de recherches ou d’apporter une touche de modernité au métier, disposer d’un site web bien conçu vous permettra de bénéficier d’un outil pertinent. Si vous avez des questions sur ce sujet ou êtes intéressés par un tel projet, n’hésitez pas à nous contacter !

Les sites internet de centre de loisirs

Evidemment les enjeux de création d’un site internet pour un centre de loisirs, sont en partie similaires à ceux des autres entreprises : acquisition de nouveaux clients, fidélisation, valorisation de l’image de marque… Cependant, les centres de loisirs ont aussi plusieurs spécificités à noter :

  • Un référencement naturel abordable et très important à mettre en place : les volumes de recherche sont bons et la concurrence souvent accessible
  • La réservation : qu’il s’agisse de billetterie ou de simple booking d’un événement, les centres de loisirs doivent vendre des prestations quantifiées, limitées dans l’espace et le temps (en termes de gestion de salle, on ne peut pas prendre le risque de se retrouver à 1000 clients pour une même séance de cinéma par exemple).
  • L’interaction avec les utilisateurs : via le système d’avis ou la communication sur les réseaux sociaux, elle doit être extrêmement dynamique
  • La gestion de la saisonnalité : vacances scolaires et météo sont des points clés pour les centres de loisirs, cette saisonnalité doit être prise en compte dans la stratégie web

Cet article fait donc le point sur les spécificités web du secteur du loisir.

Référencement Google d’un centre de loisirs : quel intérêt ?

 

Première raison : les volumes

Lorsqu’on se penche sur les volumétries de recherche des activités de loisirs, on se rend compte que les recherches « activité+ville » présentent souvent des volumes mensuels intéressants. Comme on se trouve en secteur B2C, on a des volumes significatifs de recherche et donc des statistiques bien définies qui permettent de cibler telle ou telle expression clé sur Google.

 

Deuxième raison : la concurrence abordable

La plupart du temps, les positions sont assez mal défendues, si bien qu’on arrive relativement facilement à trouver sa place, pour peu que le travail de référencement naturel soit bien fait. Bien sûr il existe des exceptions, mais au global il est possible de se positionner sur la plupart des activités de loisirs, sur sa zone de chalandise (c’est le cas pour les 2 centres de loisirs que nous gérons actuellement)

Ici vous voyez la capture d’écran, sur la recherche «centre multi loisirs marseille ». Elle donne notamment la fiche Google Plus pour notre client KIP ainsi que le résultat naturel. La recherche « karting marseille » dans la veine « activité+ville » est encore plus intéressante à travailler et lui donne une 1ère position.

 

La réservation sur internet pour les centres de loisirs

 

Transformer l’envie de l’instant en consommation immédiate

Il est toujours intéressant de pouvoir transformer « immédiatement » un visiteur web en client. En effet, si sur le moment votre argumentaire l’a séduit, pourquoi risquer remettre à demain l’achat qui peut être fait aujourd’hui. Ainsi, la création d’une billetterie en ligne est intéressante.

 

Gagner du temps et gérer ses flux

Les billets achetés sur internet sont autant de temps en moins passé à gérer la caisse. En outre, si adjoint des fonctionnalités comme une réservation internet à une date donnée, cela permet au centre de gérer ses flux. De bloquer par exemple les réservations d’une activité en particulier le jour J, car on sait qu’elle est déjà complet, et suggérer d’autres activités ou un autre jour de réservation. Cela canalise le flux et améliore la satisfaction client. Quoi de plus frustrant en effet de venir un samedi dans un centre multi loisirs, pour trouver l’activité que l’on voulait en priorité, complètement saturée. La réservation fait donc bien des heureux à ce niveau.

 

Investir sur une technologie et dans de nouveaux process

La billetterie en ligne est une avancée sans nul doute, mais elle s’accompagne d’investissements pour le centre de loisirs :

  • En argent pour développer la fonctionnalité sur son site internet
  • En matériel pour équiper les responsables d’activités sur le centre de loisirs, de douchettes pouvant scanner les codes barres des billets
  • En temps / formation, pour expliquer les nouveaux process aux équipes (dans le cas où tout va bien ou dans le cas où il faut gérer des imprévus comme un billet mal imprimé ou perdu)

 

L’interaction avec les visiteurs : réseaux sociaux et systèmes d’avis

 

La place centrale des réseaux sociaux pour les centres de loisirs

Le jeu au sens large, procure du plaisir et des émotions. C’est typiquement le genre de chose qui se partage facilement sur les réseaux sociaux. Que vous soyez un karting, une aire de jeux, un parc à thème ou un cinéma, des communautés virtuelles se créent pour partager ce qu’elles ont vécu (dans le cas d’Allociné par exemple, la communauté cinéphile est présente pour partager, mais sur les pages Facebook des centres de loisirs locaux on trouve aussi beaucoup de vie). Il est donc du devoir d’un centre de loisirs de s’occuper activement de sa page Facebook, en partageant les nouveautés, des photos ou vidéos de l’activité, des promotions et en incitant les abonnés de la page à réagir (ce qui peut à son tour drainer de nouveaux clients, puisque l’activité Facebook d’un abonné sur la page, finira la plupart du temps par être visible à ses propres amis Facebook)

 

Les systèmes d’avis

Il peut s’agir d’avis Google, Facebook ou de sites spécialisés comme Tripadvisor. Ce sont des places où les clients donnent leur feedback, bon ou mauvais. Il est capital pour les centres de loisirs de garder l’oeil sur les retours, pour régler les problèmes qui leur auraient échappé en améliorant leur produit. Evidemment certains commentaires peuvent être de mauvaise foi, ou injuste, mais c’est très marginal. Inciter ses clients à donner leur avis est un bon moyen d’obtenir la note réelle de la performance du centre et d’améliorer les points qui le méritent. Répondez aux avis de façon constructive, c’est aussi un bon moyen de montrer que vous êtes à l’écoute et désireux de progresser encore. Car au delà de votre propre regard sur la situation, ce sont évidemment les autres prospects qui regarderont la note d’un établissement, avant de prendre la décision de s’y rendre.

 

La gestion de la saisonnalité

Il est important de discuter de la saisonnalité de l’activité, pour le centre de loisir et son partenaire web. En effet, déjà certaines activités (indoor ou outdoor) peuvent être ouvertes ou fermées en fonction de la saison. Ou tout au moins, elles peuvent enregistrer des pics naturels de fréquentation ou « d’oubli » de la part des visiteurs. Il faut donc établir ensemble un plan d’action pour voir ou et comment donner de la visibilité aux attractions, en fonction de la période. Pour gérer la saisonnalité, Google Adwords est un très bon outil. Il ne connait pas l’inertie du référencement naturel et permet de moduler vraiment tous les aspects de la fluctuation d’un besoin.

 

En conclusion

Les centres de loisirs ont un fort besoin d’internet, au travers de leur site ou de leurs pages de réseaux sociaux. Il s’agit d’enjeux de visibilité, de réputation et d’image de marque. Pour être bien accompagnés, c’est souvent d’une agence web aux compétences transversales dont les parcs ont alors besoin ! Donc si vous avez besoin de passer à la vitesse supérieure, n’hésitez pas

Stratégie de visibilité sur le web : Référencement naturel, Adwords, Facebook, Minitel ?

Un pour tous, tous pour un ?

Avoir un site internet pour présenter son entreprise / ses prestations, c’est une chose, avoir de la visibilité auprès des internautes en est une autre. Et cette question de la visibilité n’est pas si anodine. Elle doit être pensée et réfléchie.

Ce n’est pas toujours simple à aborder. Que faire pour que les internautes me trouvent ? Dois-je miser sur Google ou Facebook ? D’ailleurs est-ce que les réseaux sociaux sont vraiment utiles pour un pro ? Et les publicités, est-ce pertinent ? Au final, faut-il tout utiliser, n’en sélectionner qu’un seul ? Si j’utilise un de ces leviers, est ce que cela pourrait en aider un autre ?

Cela fait beaucoup de questions, mais ce sont souvent celles-ci qui s’imposent dès lors que l’on pense à sa présence sur le web. Soyons clairs, il n’existe pas de réponse universelle, de vérité absolue. Chaque entreprise est différente, de par son univers, ses produits, sa cible. La meilleure chose à faire est de prendre le temps de réfléchir à chaque outil et se demander : est-ce intéressant dans mon cas précis ?

Faisons le point ensemble pour y voir plus clair parmi ces leviers.

Référencement naturel : le Sacro-Saint ?

Petit rappel : le référencement naturel permet de positionner votre site internet sur des expressions propres à votre activité. Prenons un exemple : vous êtes un concessionnaire de voiture de la marque X (par ici un article très intéressant sur les franchisés) et vous êtes installé à Marseille. Evidemment, vous souhaitez qu’un internaute voit votre site en premier lorsqu’il tape « concessionnaire marque X à Marseille » dans un moteur de recherche. Et ce bon positionnement dans Google, c’est le référencement naturel qui le permet.

Pourquoi parle-t-on de sacro-saint ? Et bien parce que les moteurs de recherches sont des incontournables sur le web. Quoi que vous recherchiez, vous pouvez le trouver sur Google &Co. Pour parvenir à se hisser sur le fameux podium des positions, il faudra du temps. En fonction de votre secteur, la concurrence peut énormément varier et le travail en sera plus long. A l’inverse, une activité de niche, avec peu d’entreprises présentes sur le secteur vous permettra d’avoir de biens meilleures chances d’être visible.

Donc, il est rarement facile d’être parmi les premiers sur une recherche. Les moteurs tels que Google prennent en compte de nombreux facteurs : qualité du site, page pertinente et bien construite, facilité de navigation, notoriété du site sur le web etc. C’est un travail de longue haleine qui nécessite une connaissance des rouages du net. C’est pour cela que les agences web s’avèrent souvent être des bons partenaires pour cette tâche. Cela représente évidemment un investissement (qui variera en fonction de vos objectifs), mais à l’inverse des publicités qui disparaissent dès lors que le budget est épuisé, le travail d’une agence, s’il est bien fait, sera bénéfique pour le site à long terme même si vous arrêtez de travailler avec votre agence web.

Indispensable vous dites-vous ? Et bien évitons la langue de bois : Oui … Mais avec certaines nuances. Votre carnet d’adresses est bien fourni, vous fonctionnez principalement au bouche-à-oreille, le site est simplement une carte de visite, un outil pour votre commercial ? Et bien dans ce cas, le référencement naturel n’est peut-être pas une priorité et d’autres outils peuvent s’avérer plus pertinents.

Les publicités textuelles sur les moteurs : « ça fonctionne vraiment ? »

Vous ne voyez pas de quoi il retourne ? Mais si ! Ce sont ces annonces en haut (et parfois en bas) sur les pages de résultat des moteurs de recherche. Toujours pas ? Bon voici un exemple : le nouvel iPhone. Pour se démarquer les uns des autres, les sites créent des annonces spécifiques pour le produit avec des phrases punch, des prix etc… Il s’agit ici d’annonces Google Adwords :

Cette introduction à la publicité était surtout destinée à mettre en évidence leur évolution sur les moteurs. Avec le temps, celles-ci se sont de plus en plus rapprochées visuellement des autres liens, à tel point qu’il est désormais difficile de les dissocier.

Ceci étant dit, développons un peu plus l’intérêt (ou non) de l’outil d’annonce publicitaire.

Eliminons tout d’abord une idée que l’on pourrait avoir : il n’y a aucune corrélation entre référencement naturel et payant. Le fait de payer une publicité sur Google n’influencera pas directement votre position en référencement naturel.

Le principe des annonces textuelles (image ci-dessus) est le suivant : on crée une page du site dédiée à l’annonce, un texte concis pour l’annonce et on choisit les mots clés qui déclencheront l’annonce (ici : iphone 8 ) quand un internaute les tapera dans Google, et enfin on choisit un budget journalier (qui plafonnera nos dépenses quotidiennes en publicité).

Premier bon point pour les pubs : c’est instantané. A la différence du référencement naturel, ce qu’on appelle le référencement payant nécessite simplement la création d’une annonce et la définition d’un budget journalier. Une fois ces tâches réalisées, l’annonce sera directement en ligne et vous serez donc facilement visible sur les mots clés que vous avez choisi.

Deuxième bon point : vous pouvez créer plusieurs annonces, réparties dans des groupes d’annonces (avec une thématique par exemple) et choisir chaque mots clés qui fera apparaître l’annonce. Vous pouvez aussi décider d’afficher l’annonce uniquement pour les personnes présentes dans une zone géographique donnée, comme Marseille et ses alentours.

Pas si vite ! Malgré ses bons points les publicités textuelles Adwords (sur Google) ont des contraintes importantes :

  1. Cela peut revenir très cher. Sur les annonces, vous payez généralement au clic. Donc quand un internaute clique sur votre annonce, le coût du clic est débité de votre budget. Sauf que le prix peut varier. Il n’existe pas de fourchette prédéfinie car il s’agit d’enchère, mais pour vous donner une idée : le clic peut coûter aussi bien 0,50€ que 10€ (certes dans les secteurs très concurrentiels comme la serrurerie). Dans ces deux cas, un budget journalier de 10€ peut rapporter 20 clics dans un cas et seulement 1 clic dans un autre.
  1. Une fois le budget journalier épuisé, la pub n’apparaît plus jusqu’au lendemain. Vous êtes donc temporairement invisible
  1. Votre site bénéficie de cette visibilité uniquement quand Adwords est activé. Le jour où vous arrêtez Adwords, cela sera une perte sèche de visiteurs.

Mais alors, quand l’utiliser ?

  1. Au lancement du site : avec ou sans référencement naturel, le site n’aura pas de visibilité à son lancement. Adwords peut vous permettre de combler ce vide le temps que le site monte dans les positions.
  2. Pour des événements : nouveaux produits, période de l’année particulière. Adwords est parfait en One Shot sur plusieurs semaines / mois pour mettre en avant une nouveauté.
  3. A long terme, si vous compensez le caractère « temporaire » par des actions pérennes : au delà du maintien à long terme de votre budget Adwords il faudra aussi travailler en référencement naturel et sur les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux : l’Eldorado du web ?

Pour les PME / TPE, il y a comme une aura mystique autour de ces réseaux. Il n’est pas rare d’entendre certaines de ces entreprises nous dire : TOUT LE MONDE EST SUR FACEBOOK, créons un compte pour l’entreprise !

Et c’est vrai que, pour certaines marques / groupes / entreprises, c’est un merveilleux outil. Il est compréhensif qu’une petite entreprise qui voit une page d’une marque avec des centaines de milliers / millions de « J’aime », des centaines de commentaires et un certain engagement des internautes se demandent :

« Serait-ce donc « the place to be », une forme d’Eldorado numérique dans lequel il suffirait d’être présent pour réussir ? »… Mais la réalité est tout autre ! Nous ne rentrerons pas dans le détail de chaque réseau ici. La question est de savoir : pourquoi dépenser du temps sur ces outils ?

Les réseaux sociaux vous permettent de créer une certaine forme d’engagement et de relation entre vous, entreprise, et les internautes. Mais cela ne convient pas à tout le monde. Il est déjà plus facile de toucher du monde, sur Facebook ou Instagram par exemple, lorsqu’il s’agit de BtoC plutôt que de BtoB (c’est à dire lorsque vos clients sont des gens « ordinaires » par opposition aux clients de type « entreprise »). Les produits avec de beaux visuels fonctionnent également très bien : voyage, mode, beauté, luxe, produit technologique, etc. Les entreprises proposant des services de divertissement ont également tout intérêt à être présent sur les réseaux sociaux : parc d’attraction, sorties, loisirs. L’innovation produit aussi d’excellents résultats, par la viralité des innovations du quotidien, facilement achetables en ligne. C’est moins vrai sur d’autres secteurs.

Mais pour les secteurs qui marchent sur les réseaux sociaux, il y a coût : ces réseaux sont chronophages. Il faut régulièrement publier dessus, prendre le temps de répondre aux commentaires et messages des internautes.

Si vous vous sentez concernés et êtes disponible pour y consacrer du temps, alors ces réseaux peuvent être pertinents et vous apporter un nombre non négligeable de clients. Avec une bonne communication, ces outils peuvent même devenir votre meilleur canal d’acquisition.

Donc, faites le point : quelle est votre cible ? Quel est votre objectif ? Etre présent pour être présent n’est pas utile.

En conclusion

Sachez que cet article ne présente qu’une partie des possibilités du web en termes de visibilité. Il est difficile de détailler chaque outil et chacun de ces points doit être étudié au cas par cas. Un dernier conseil pour la route ? Faites appel à une agence pour éclaircir le tout. Ce n’est pas dit qu’à la fin vous l’engagiez comme prestataire mais au moins certaines agences web vous feront avancer dans la démarche intellectuelle. Voyez en plusieurs. Déterminer si elles cherchent à vous trouver votre solution ou à vendre leur solution.

Les possibilités de visibilité sont nombreuses et souvent interconnectées donc il est difficile de s’y retrouver. Une agence web, dont c’est le métier, pourra vous accompagnez et vous guider pour l’utilisation de tel ou tel levier. Cela vous fera gagner du temps et au final de l’argent.

Franchisés ou affiliés : créez votre propre site internet ! Garage automobile, cuisiniste… #émancipationdigitale

Quand on parle de site internet pour un franchisé ou affilié (tel qu’un garage automobile, une concession auto ou même un cuisiniste) on trouve de nombreux avantages à créer un site web qui se différencie de celui de la structure mère du réseau commercial.

En général, une marque à forte popularité fournit le matériel commercial (nom, graphisme etc…) et fournit également une existence digitale aux entreprises concernées.

Est-il utile de créer un site alors que la marque mère en a déjà un, et consacre une page à l’affilié ?

Comment se passe la création du site web dans cas ? Ces réponses et bien d’autres vous attendent dans les lignes qui suivent !

 

Je suis franchisé ou affilié : POURQUOI créer un site internet indépendant ?

 

Première raison : l’identité !

 

Tout d’abord, notons que le « pourquoi » est sans doute la meilleure question à se poser quel que soit le projet web. Pourquoi veut-on investir sur un site internet ? Et à plus forte raison pourquoi, quand la marque dont on dépend en a déjà un qui nous consacre en plus généreusement une page dédiée !

La première réponse c’est qu’il s’agit d’une question de proximité. Si Peugeot, Century21, Mobalpa,  Bo Concept etc… ont maintenu des points de vente locaux, c’est parce que l’élaboration d’un projet passe par un contact humain de proximité. Il faut accompagner le client dans la maturation de son projet jusqu’à l’acte final d’achat.

Si déjà à l’étape du site internet, vous êtes retranché derrière le site généraliste de la marque, c’est comme si vous annonciez au client : « Je ne suis qu’un Renault (parmi d’autres) »… La perte d’identité déshumanise votre relation. A court terme pour un prospect, cela pose des problèmes d’acquisition et à long terme cela mène à des difficultés de fidélisation. Bref ne soyez pas un simple intermédiaire, pour votre client ne soyez pas « un Renault » mais soyez plutôt SON Renault ! Vous existez réellement en tant que PME et cela commence par un site qui vous appartient. Il doit respecter les codes de la marque mais vous permettre d’exister au niveau local.

Capture d’écran du site de notre client LGV Automobile (Renault Rognac), qui respecte la charte graphique Renault mais permet d’exprimer son identité avec des photos locales et un descriptif services et positionnement appropriés.

Deuxième raison pour créer un site web indépendant de la franchise : la visibilité

Un site internet de franchisé (lorsqu’il est bien référencé par son agence web) devient beaucoup plus visible sur Google à l’échelon local. Vous n’avez pas idée du nombre de fois qu’une recherche du type « franchise + ville » est tapée chaque mois. Voici un exemple de chiffre :

« Volkswagen Marseille » : 2400 recherches par mois

Alors, cela ne vaut-il pas le coup de choyer votre positionnement sur Google et votre image avec un site internet pour ce(s) millier(s) de visiteurs potentiels ?

Notez que pour pouvoir bien vous référencer sur Google, un site internet dédié à votre concession automobile (ou votre franchise) sera bénéfique. Sinon le positionnement est très souvent compliqué ou provisoire.

Je me permets maintenant une petite digression sur les avis. Si vous avez des doutes sur le site, vous pouvez regarder comment Google considère votre entreprise. Vous regarde-t-il :

a) comme une fraction de la marque mère ?

Ou

b) comme une entité à part entière ?

Réponse b Jean-Pierre !

Et oui si on regarde la capture ci-dessous, les fiches Google Plus regardent chaque « point de distribution local » comme une entité à part entière. Les clients y laissent des avis (sur votre magasin en particulier et non sur la marque en général !). Il y a même une case prévue pour rediriger vers votre site web dédié. Très souvent d’ailleurs pour les franchisés, cette case ramène vers une sous page du site généraliste de la marque. On va y trouver vos horaires et votre adresse… bref une page d’annuaire qui fait le job à minima… mais qui n’exploite nullement le côté humain et le besoin de proximité qui font la raison d’être des points de vente ! Si vous êtes concerné, bienvenue dans votre paradoxe digital.

Ici vous voyez la capture d’écran, sur la recherche « Renault Rognac ». Elle donne notamment la fiche Google Plus pour notre client LGV Automobile, qui lui a fait le choix d’un site dédié.

Bref, vous n’êtes pas un point de vente lambda. Dès lors que vous fournissez écoute, conception, conseil personnalisé sur un achat, vous vous devez d’avoir un site.

 

Toujours pas convaincus de l’utilité d’avoir un site indépendant ? Peut-être en tout cas que vous commencez à percevoir l’intérêt, le but de cet investissement. Maintenant on peut se demander si la chose est rentable.

Franchisé : la création de mon site web serait-elle rentable ?

 

Gains potentiels de votre émancipation

Le retour sur investissement d’un site internet dédié est (comme toute action de communication) difficile à évaluer précisément surtout devant la diversité de franchisés que j’ai cité. Néanmoins, on peut affirmer qu’au-delà du gain d’image de marque (qui aidera l’ensemble de vos actions commerciales à transformer vos prospects en clients), vous gagnerez en visibilité. Pour reprendre l’exemple de la concession, on voit que sur une requête comme « marque + ville », il y a 2000 recherches par mois.

Supposons que le site placé en tête de la 1ère page Google, capte 33% des visiteurs qui ont tapé la recherche, cela ferait donc environ 660 visites supplémentaires par mois sur le site. En e-commerce, on considère qu’on fait passer à l’acte d’achat 3% des visiteurs du site (cela dépend bien évidemment du secteur et du rapport qualité/prix des produits). Si on part sur ce ratio, on gagne chaque mois en magasin, 20aine de visiteurs prêts à consommer. A vous de transformer l’essai.

C’est peu ? Non, nous n’avons considéré qu’une seul mot clé (ou expression clé plutôt) et on obtient déjà 20 consommateurs prêts à acheter. Sur le cycle de vie de votre produit, disons 4 ans pour la voiture, on peut considérer qu’un acheteur dépensera plus de 20000€ (achat, entretien, et je prends des valeurs faibles). En prenant un taux de marge moyen de 5% (là encore un taux très faible si on prend la moyenne des franchisés), chaque client converti rapportera 1000€ net. Sur la manne des 20 visiteurs intéressés, si les vendeurs en magasin n’en transforment rien que 2, votre site aura généré 2000€ de profits additionnels ce mois. A l’année ce serait 25 000€… cela laisse donc normalement largement la place d’investir sur un site web !
Evidemment si votre panier moyen est à 10€ et que vos clients répondent à des achats impulsifs peu planifiés (je pense à l’enseigne d’un Mac Donald’s ou d’un Zara) je serai moins catégorique sur l’intérêt d’un site dédié. Mais sinon à mon sens il faut foncer.

Coût de l’émancipation digitale

Evidemment tout est toujours fonction du besoin que vous avez. Très souvent, la différence va venir de si vous voulez ou non montrer un catalogue produit sur votre site.
Par exemple, certains professionnels de l’automobile veulent inclure le catalogue des véhicules d’occasion sur leur site internet (et donc intégrer des fonctionnalités de tri particulières). Mais dans la majorité des cas les franchisés souhaitent un site assez simple, qui respecte la charte graphique de la marque et qui soit bien référencé sur Google. Le catalogue est similaire à celui de la marque et donc on laisse cette charge au site national. Cela simplifie les choses et permet de se consacrer sur l’argumentaire local : proximité + qualité du conseil humain = votre satisfaction d’achat en magasin.

En termes de coûts pour votre site et votre référencement, vous trouverez en agence web des tarifs qui vont du simple au quadruple. Mais n’est-ce pas le cas quand on va regarder les modèles chez Dacia puis chez Audi pour au final dans les deux cas acheter une voiture qui roule ? Par contre, à charge pour vous en tant que client de bien vous renseigner pour savoir si en face de vous, il y a une cohérence qualité/prix. Chaque positionnement est respectable. Ce qui est à fuir en revanche, c’est le low-cost qui se fait passer pour du premium et en facture le prix. Pour vous faire une idée, interrogez les clients du prestataire (beaucoup de clients que vous aurez choisi au hasard, et non pas des clients vers lesquels l’agence ou son concurrent vous aura opportunément guidés). Regardez les références des agences et rencontrez les.

Pour quand même sortir un chiffre, parce qu’il le faut bien pour mon exemple, supposons qu’une agence vous propose 300€/mois pour vous accompagner sur votre projet web (à savoir l’achat du site et son référencement). Les gains mensuels potentiels ont été précédemment estimés à 1000€. Dans ce cas n’hésitez pas longtemps… le projet web est rentable à coup sûr. Reste ensuite le choix du roi à faire, entre les propositions des différentes agences web.
Je vous l’accorde, des fois la nuance est moins nette il vous faudra approfondir, mais les projections des points morts du projet sont souvent faisables. Et le rapport coût / bénéfice potentiel souvent très intéressant sur les profils de franchise ou affiliations que j’ai citées.

Créer un site hors du réseau national est-ce compliqué ? Ou l’angoisse du manque de temps

La réponse tient en 2 mots : « Rassurez-vous ! »

Pour un franchisé qui souhaite s’émanciper au niveau digital, une grosse partie du boulot a déjà été faite en amont par l’enseigne nationale. Merci !

La charte graphique est disponible et les photos aussi. Il ne reste donc plus qu’à rédiger le texte qui expliquera les services que vous proposez, vos horaires et quelques atouts que vous avez dans votre manche par rapport à la concurrence (meilleurs délais ? excellence de l’accueil client ? Promotion en ce moment ?). Ce genre de rédaction en général vous appartient, mes certaines agences web peuvent inclure la prestation à leur catalogue (c’est notre cas). Cela peut-être nécessaire si vous n’avez pas les compétences en interne ou il peut s’agir simplement d’un confort pour gagner du temps.
Les productions de site internet de franchises roulent souvent très bien pour le client. La vraie différence je le disais plus haut, va concerner l’intégration ou non du catalogue des produits neufs (et celui des voitures d’occasion pour les concessions automobiles).
Il est toujours possible de le faire. Mesurez juste avant si le jeu en vaut la chandelle pour vous. Il faut déjà que vous ayez quelqu’un de disponible pour mettre à jour les entrées / sorties des produits. Je recommande pour ma part de laisser cette charge au site du réseau commercial national.

En conclusion

Les sites internet de franchisés ou assimilés, notamment dans l’automobile, sont très souvent une bonne idée quel que soit le raisonnement que l’on tient.
– Avec un raisonnement quantitatif (mathématique) : quand les produits vendus représentent un CA de plusieurs milliers d’euros avec des marges correctes (au-delà de 5% cela marche souvent donc autant dire donc que cela concerne toutes les concessions auto, les cuisinistes ou les vendeurs de beau mobilier, entre autres…) il est possible de mener un projet digital rentable en s’émancipant.
– Avec un raisonnement qualitatif : le site et son référencement améliorent votre image de marque et renforcent votre identité locale. Ils font partie de votre stratégie multicanale et constituent souvent une arme supplémentaire pour votre force commerciale, en attirant des prospects ou en sécurisant la décision de ceux qui avaient reçu une proposition et tergiversaient.
– Avec un raisonnement d’investissement personnel : le site sort vite et c’est un projet plus facile. Les chefs de projet des franchisés n’ont pas à investir beaucoup de temps sur les productions de site web. Les agences digitales disposent déjà d’un arsenal fourni par la marque chapeau pour élaborer un site efficace. Vous serez beaucoup moins sollicité que pour un projet web plus classique et le résultat sera au rendez-vous.

Comment écrire pour le web ?

Ça y est, la charte de votre site web est validée ! Vous êtes enchanté du résultat. Le moment est venu de rédiger le contenu… Mince… Comment « remplir » votre site web ? Voilà peut-être une angoisse pire que celle de la page blanche : celle de l’écran vide !

Cette crainte est bien normale. La plupart des entrepreneurs sont embarrassés lorsqu’il s’agit de parler d’eux-mêmes et de leur entreprise. Et c’est bien logique : finalement, on manque de recul sur sa propre activité. De plus, écrire pour le web revient à « se vendre » ; un exercice dans lequel nous ne sommes pas forcément à l’aise…

Alors ! Comment dépasser ces difficultés et réussir à écrire un contenu pertinent pour son site web ? Parce que vous le savez : la qualité de votre argumentaire aura un impact sur l’efficacité de votre site. Si vous rédigez des textes qui séduisent vos visiteurs, les résultats seront au rendez-vous.

Ecrire pour le web ? Non !!!

Commencez par oublier que vous devez « écrire pour le web ». Ce n’est pas le cas. Vous devez écrire pour vos clients et vos prospects. Uniquement. Ce sont eux dont vous devez toucher le cœur. A la lecture votre site, vos prospects doivent se dire « Bon sang, c’est exactement ce que je cherchais ! ».

Voici quelques recommandations pour atteindre cet objectif :

Ecrivez un portrait robot

Reprenez la liste de vos clients. Sélectionnez les meilleurs d’entre eux. A quoi ressemblent-ils ? Comment pouvez-vous les décrire ? Quels étaient leurs problèmes lorsqu’ils ont décidé de faire appel à vous ? Qu’attendent-ils de vous et que retirent-ils de l’utilisation de vos produits ou services ? Rédigez un à trois portraits-robots différents pour décrire votre clientèle. Vous savez désormais pour qui vous écrivez. Pensez à eux lorsque vous rédigez le contenu de votre site web

Parlez la langue de vos clients

Reprenez toutes les notes que vous avez prises durant vos derniers rendez-vous. Comment vos clients parlent-ils ? Quelles expressions emploient-ils ? Comment décrivent-ils leurs problèmes et leurs aspirations ?

En procédant ainsi, vous allez rédiger le meilleur contenu de site web : celui qui touche vos prospects parce qu’ils vont se sentir immédiatement concernés. Commencez donc par parler des problèmes et des aspirations de vos clients, pour ensuite présenter ce que vous apportez. Dans cette démarche, privilégiez le « vous » : adressez-vous à votre prospect, parlez-lui de lui, plutôt que de vous !

ecrire-web-non-ecrire-pour-gens-oui

La force d’une rubrique « Témoignages »

Lorsqu’il s’agit de parler de vos points forts, de vos qualités, vos clients sont les mieux placés ! Faites directement appel à eux. Créez une rubrique « Témoignages » sur votre site web. Très souvent, c’est une des rubriques les plus consultées.

Deux pièges à éviter

Dans la démarche de rédaction du contenu de votre site web, voici deux pièges à éviter :

Avoir peur de déplaire

Ne cherchez pas à plaire à tout le monde ; ce n’est possible ! Affirmez les choix que vous avez faits. Présentez-vous avec conviction. Pour que votre présentation plaise à certains, elle doit déplaire à d’autres !

N’écrire que pour Google

Si vous travaillez avec une bonne agence Web (par exemple une qui possède un logo en forme de domino), vous avez réfléchi à une stratégie de référencement naturel et défini des mots clés objectifs. C’est très bien. Mais n’écrivez pas en pensant au robot de Google ! Pour que vos textes soient agréables à lire et donc efficaces, ils doivent être rédigés pour être lus par des clients potentiels.

L’importance de se montrer

Une dernière recommandation pour la conception du contenu de votre site web : l’inévitable rubrique « à propos de nous ». Cette rubrique est effectivement indispensable. N’oubliez pas que vous vous adressez à des prospects, c’est-à- dire des personnes qui ne vous connaissent pas. Vous viendrait-il à l’idée de vous rendre à un premier rendez-vous avec un client potentiel sans vous présenter nommément et en portant un masque sur le visage? Cette question absurde doit vous fournir une réponse évidente sur le contenu de la rubrique « à propos de nous » :

– Des photos de qualité des membres de l’équipe

– Une présentation de chacun

Format spécial pour cet article, remerciements à….

L’auteur de cet article : Arnaud CIELLE est le gérant associé de CA+, une agence conseil en marketing et développement commercial pour les TPE.

Il anime le blog « Patron Vendeur », le blog dédié au développement commercial des petites entreprises. Il est auteur de deux livres chez Dunod.

Google AMP, Penguin, Adwords et consort. Winsiders fait le point !

Déjà 3 mois que 2016 a commencé et Google semble avoir mis ce temps à profit pour tester et implémenter des nouveautés sur son moteur de recherche et ses différents outils. Que ce soit pour Adwords, les SERP ou le mobile, voici un tour d’ensemble des dernières actualités googliennes.

SERP

Ce début d’année a vu de nombreuses évolutions et tests dans les SERP (page de résultats du moteur de recherche).

Tout d’abord au niveau des résultats publicitaires (liens Adwords). Rappelez-vous, lorsque vous faisiez une recherche sur Google, il y avait des liens Adwords en haut de page, en bas de page ainsi que sur le côté droit. Google a supprimé tous les liens proposés à droite et en a rajouté un en haut. Donc, désormais, la page propose un maximum de 4 liens en haut de page et 3 en bas. Quelle conséquence ? Et bien déjà, cela fait descendre encore un peu les résultats « naturels » et pour les clients Adwords cela permet de disposer d’un nouveau lien bien placé sur le moteur de recherche.

Il faudra attendre encore quelques semaines/mois pour voir les réelles répercussions sur le SEO.

D’autre part Google, comme à son habitude, essaie en ce moment même l’apparition d’images juste à côté des liens (image en rapport avec le lien, probablement même une image de la page en question).

google teste image serp

Bien évidemment, la mise en place de photos réduit le nombre de résultats sur une page. Donc reste à savoir (si jamais cela se confirme) quel type de lien pourrait profiter de ces images. Cela fait néanmoins un nouveau contenu sur un moteur de recherche déjà chargé (Adwords, Shopping, Images, Actualités, Maps, etc.).

Accelerated Mobile Page

C’est désormais officiel (enfin ça fait au moins déjà la 16e fois qu’on l’entend…), le mois de mai sera celui du mobile pour Google. Il semblerait que, d’après la communication du géant américain, la compatibilité mobile des sites web sera encore plus prise en compte dans les résultats des SERP sur mobile. Donc, il devient clair qu’avoir un site « mobile friendly » est une nécessité. Le nombre de recherche sur mobile augmentant chaque année, ne pas avoir un site adapté aux mobiles serait peu recommandé ! Il est donc possible qu’à partir de mai les sites ne disposant pas d’AMP ou n’ayant pas un site adapté au mobile voient leur trafic et leurs positions (sur mobile bien évidemment) diminués.

Habitués des communiqués de ce genre de la part de Google, on a tendance à dire « ne nous précipitons pas »… mais comme il s’agit de responsive design et qu’en 2016 il est plus que temps de s’y mettre (pas pour faire plaisir à Google mais pour le confort de ses visiteurs), il faut sauter le pas !

Penguin

penguin-158551_960_720En parlant d’annonce de la part de Google, celle sur l’arrivée de Penguin-en-temps-réel se fait attendre. Annoncée pour le premier trimestre 2016, aucun communiqué n’a pour l’instant été publié.

Pour rappel, cet algorithme de Google pénalise les sites de respectant pas ses consignes en termes de référencement naturel (optimisation de site, backlinks, etc.). Sorti en 2012, celui-ci a connu plusieurs évolutions.

Celle devant arriver cette année devrait être assez importante vu son principe de temps réel. Le principe du temps réel devrait permettre de voir plus rapidement si le site est pénalisé par Penguin. De même dans le sens inverse, les modifications faites pour ne plus être pénalisé par Google seraient plus rapidement prises en compte (le temps que Google repasse sur le site en question). La fin du trimestre approchant, nous suivrons donc les éventuelles communications de Google.

L’info « c’était pas déjà fini ? »

Nouveau rebondissement sur le PageRank de Google ! La fin de la mise à jour de l’indicateur, déjà annoncé en 2013, a été définitivement officialisée par Google. La firme de Mountain View a indiqué que l’indicateur ne serait plus jamais mis à jour et qu’il disparaitra de la ToolBar Google. Pour connaître la popularité d’une page aujourd’hui, plusieurs sites ont mis au point leur propre indicateur pour donner une idée de la qualité d’une page web.

En sommes, ceci n’est pas vraiment une grande nouvelle et ne chamboulera personne. Comme chacun le sait, il s’agit uniquement de la fin de l’indicateur PUBLIC. Google continue de mettre à jour son PageRank mais seulement en interne.

Spam Referrer et Analytics

Google Analytics spam

Sites Spam Referrer

Gros problèmes pour les personnes utilisant Google Analytics, jusqu’à maintenant il arrivait très régulièrement que les données proposées par l’outil soient entachées de faux liens/sites (souvent russes). Vous retrouvant ainsi avec un taux de rebond bien plus important qu’à l’accoutumé, un nombre de visite gonflé, etc. Seule solution : créer des filtres pour exclure ces données des rapports. Gros inconvénient, il faut continuellement veiller au grain car le nombre de « Spam Referrer » ne cesse d’augmenter.

Or il semblerait que depuis début février Google exclue de lui-même ces sites non pertinents. Pas de communiqué officiel pour l’instant, mais il est possible que Google ait enfin pris en compte les nombreuses demandes pour supprimer ces informations qui polluent les rapports d’activités. Reste à savoir si de nouveaux robots ne réussiront pas à déjouer les filtres de Google. Comme le lait sur le feu, il vaut mieux veiller au grain et continuer de vérifier les sites référents des rapports Analytics.

Beaucoup d’actualités donc en ce début d’année ! Entre communication officielle et découvertes des webmasters, Google ne cesse de modifier son moteur de recherche et ses outils.

L’importance de réfléchir à une stratégie SEO avant de lancer son site web

Souvent la problématique internet d’une entreprise qui se lance va être réfléchie en 2 temps :

1) Faire un bon site

2) Rendre ce site visible

Il est vrai que ces deux aspects sont différents, cependant, les décorréler complètement serait une erreur. Alors comment marier ces 2 aspects ? Pourquoi réfléchir à une stratégie SEO avant de lancer son site web ?

Lire la suite

Notre top 5 des stratégies de visibilité pour les sites web

Aujourd’hui beaucoup de prospects ou clients arrivent avec une vision confuse des différentes façons de faire connaître leur site internet. Cet article choisit 5 stratégies de visibilité différentes mais applicables en synergie (c’est à dire que l’une peut profiter à l’autre et que toutes ensembles, elles sont plus fortes que leur simple juxtaposition) : référencement,  mailing, publicité communautaire, réseaux sociaux et publicité payante,.

Lire la suite

Découvrez ce qu’est le black hat

Référencement : intéressons-nous au côté obscur de la force.

Vous êtes un adepte de la lecture des forums gentils ? On vous y a expliqué l’intérêt de produire du contenu, d’obtenir de jolis backlinks « naturels etc… » ? Bien, maintenant dans ce monde enchanté, imaginez une ombre encapuchée qui arrive avec une grande faux et se met à massacrer les bisounours ! Et bien c’est ça le Black Hat !

Lire la suite

Bref… on a créé Echangeo, une plateforme de référencement !

Bref, on a créé Echangeo : un espace d’échange SEO pour les webmasters et agences web

Depuis un long moment, déjà 2 mois avant la sortie de Pingouin, je me demandais comment obtenir de bons backlinks pour les différents sites clients. Je trouvais trop systématique le recours aux annuaires, communiqués de presse et blogs. J’avais donc l’idée d’améliorer le système de netlinking inter pros, à travers une plateforme d’échange. Un véritable outil, mieux que la traditionnelle section des forums… L’embryon d’Echangeo était né.

Lire la suite