Prix d’un site internet : tout comprendre

Voici bientôt Noël, la période suivant le black Friday et ses remises de prix phénoménales. Décembre est un des mois de l’année où on se pose en tant que particulier, très souvent la question du « bon prix des choses ». En tant que professionnel, c’est toute l’année que la question revient sur la table. Un bon gestionnaire d’entreprise doit en effet savoir bien vendre ses prestations, mais aussi « bien acheter » auprès de ses fournisseurs. Et quand on se confronte au monde du web, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on trouve tous les prix !

Dans cet article nous allons donc voir :

  • Comment payer un site le mois cher possible ? C’est à dire, faire par soi même ! Moyens, avantages, inconvénients.
  • Comment faire faire un site web à un pro mais avec un budget réduit ? Quid des indépendants, moyens, avantages, inconvénients.
  • Combien coûte un site en agence ? Aspects graphiques, techniques, question de la visibilité Google.
  • Quid de la location de site versus l’achat de site ? Questions de prix final, usage vs propriété etc…
  • Le meilleur pour la fin : mon cousin/ami/neveu, ce crack en informatique

Commençons avec le moins cher (mais le plus compliqué !) : faire par soi-même.

Payer un site web le moins cher possible : do it yourself, pour 5€ par mois !

Il n’y a pas de secret et c’est la raison pour laquelle le weekend il y a tant de monde chez Leroy Merlin ou Castorama. Pour faire des économies, le plus simple, c’est de faire par soi même ! Vous pouvez souvent être confrontés à ces publicités, certains gros acteurs du secteur peuvent même se payer de la pub à la télé, entre deux épisodes de votre feuilleton favori. Cela commence comme une promesse de rêve « Pour seulement 5€/mois, créez votre magnifique site internet professionnel ! C’est facile et rapide. ». Alors, alors… Bien bien bien… Comment dire ? C’est vraux ! Ou c’est frai ! A votre convenance. Un mélange de propos vrais et faux, à la réalité toute subjective, selon les spectateurs concernés :

  • « 5€/mois » : c’est vrai.
  • « Magnifique site internet » : Vous pouvez avoir un rendu propre, en restant dans le cadre du template web qu’on vous proposera : c’est vrai. Mais pour la notion de magnificence, à moins d’être un génie du webdesign qui s’ignore, cela sera plus compliqué.
  • « Professionnel » : Subjectif… Vous êtes un professionnel (de votre métier), donc quelque part votre site sera professionnel… Mais il n’aura pas le même rendu que le site réalisé par un vrai graphiste.
  • « C’est facile… » : Attention camarade ! Je ne serais pas si catégorique… Oui les interfaces en ligne se sont bien simplifiées ces dernières années, mais beaucoup de monde pourra y trouver de la difficulté. Et si cette difficulté ne porte pas sur l’outil, peut être qu’elle portera sur la structuration de l’information, les choix graphiques etc… donc ça peut être facile, mais ça ne le sera pas toujours !
  • « Et rapide ! » : Ah… là je dis non. Cela ne peut pas être tout ça à la fois. Forcément, ce qui constitue votre économie, c’est de prendre de votre temps (plutôt que celui d’une agence web), pour réaliser le site. Donc vous allez y passer du temps. Pour une vitrine, une bonne semaine me semble un minimum. Ceux que j’interroge à ce sujet, me parlent plutôt d’un bon mois. Mais là encore, tout dépend du niveau de base.

Pour finir l’analogie de ce choix, je pourrais vous demander : un marteau et des clous, vous semblent je suis sûr des outils simples d’utilisation ? Bien. Avez-vous construit vous-même la niche du chien ? Mon père l’a fait. J’en suis incapable. Ou plutôt (Pluto ! ah ah !), en tout cas, je ne veux pas passer 4 weekends à le vérifier. Surtout si Médor risque par la suite de prendre la pluie…

 

Bref, vous l’avez compris, je ne pense pas qu’avec 5€/mois on puisse avoir le rendu d’une bonne agence web sur un site internet. Sauf pour les bricoleurs de génie. Mais une chose est sûre, le do-it-yourself reste le moins cher ! Alors n’existe-t-il pas une solution intermédiaire ?

Passer par un indépendant : un prix à moins de 1000€ (en général)

Les indépendants font du bon boulot… Avouez vils gredins des agences ! Sinon, vous ne les prendriez pas comme sous-traitants parfois ! Et oui, il faut l’avouer, l’auto-entrepreneur du coin peut être tout aussi doué que le graphiste en CDI d’une agence. Et en plus, il a l’audace d’être souvent moins cher. Vous économisez la cotisation au loyer de l’agence, celle au salaire du commercial qui vous a démarché, et la pire, celle au patron de l’agence web qui vérifie que tout ça s’imbrique bien.

Alors où est le piège ? Et bien l’indépendant, comme son nom l’indique, est tout seul. Très souvent, ce sera un crack dans son métier (ou pas, mais sur ce point il y a match nul et balle au centre, car il y a aussi de mauvaises agences web). Mais l’indépendant graphiste, ne saura en général pas très bien gérer votre référencement sur Google. Il peut également avoir quelques lacunes en développement, qui feront qu’une fois votre site livré, il ne pourra pas rajouter THE fonctionnalité qui change tout, et à laquelle vous n’aviez pas pensé au début. Et comme c’est souvent un autodidacte, son travail ne pourra pas forcément être repris par une structure plus grosse quand vous en aurez besoin. Car Jean Luc avait fait sa tambouille, et William (le gars de l’agence) ne comprend rien à son template suranné ou à son code de profane… Bref, votre site pourrait bien être une V1 qu’il faudra raser pour reconstruire. Ou alors, un beau jour, l’indépendant en aura marre d’avoir des bons et des mauvais mois, il voudra lui aussi avoir une rentrée d’argent stable et lissée, qu’une banque pourra comprendre pour lui prêter l’argent nécessaire à l’achat d’un petit appartement… Merci économie « libérale ». Et il ira donc « se libérer » en travaillant en CDI pour une agence. Et dans ce cas là, qui s’occupera de votre site ? Lui ? Non, vraiment il n’a plus le temps, les clients de l’agence lui prennent déjà toute son énergie, donc vous le soir en rentrant chez lui… pas la peine d’y penser ! Attention, je ne vous raconte pas l’histoire de tous les indépendants… Certains tirent leur épingle du jeu toute leur vie… Mais en général ceux là ne bradent pas à vie leurs prestations. Si vous avez trouvé une prestation vraiment pas cher, c’est souvent qu’en face il y a une stabilité toute relative. Alors foncez et profitez-en ! Mais en connaissance de cause. Encore une fois, gardons-nous de généraliser gratuitement… Mais puisque vous allez laisser un petit billet, soyez conscient des avantages et des risques potentiels.

Oui, ceci est une caricature du solitaire

Aller se faire voler chez une agence web : moins de 10 000€ (en général)

Oui vous avez bien entendu. D’ailleurs, tous ceux qui ne passent pas par une agence web vous le diront : « ce sont des escrocs ! ». Et le pire dans tout ça, c’est que parfois ils ont raison ! Mais parfois seulement.

Soyons clairs, « un site internet », c’est une notion aussi vague que « un logement ». La cabane dans une zone inondable (et inondée) du milieu de La Creuse, à 75 km du premier job, a des chances de coûter moins cher que la maison de 300 m², vue mer, piscine (et chaussures) en marbre à Cassis. Mais je vous assure, les deux sont des logements. Il en va de même pour les sites internet. Le mieux pour connaître le bon prix de votre projet : faire un cahier des charges, rencontrer vos prestataires, faire plusieurs devis, regarder les références, appeler plusieurs clients…

Les agences web sont plus chères que les indépendants, c’est un fait. Elles présentent aussi certains avantages :

  • Solidité (financière et de compétences) : le gros bateau a toujours tendance a mieux encaisser les vagues que le plus petit.
  • Compétences transversales : graphiste, développeur, référenceur Google, chef de projet, sont en général le quatuor idéal pour une bonne vision globale de votre besoin, et un projet qui a de meilleures chances de réussir.
  • Lisibilité : le nombre de belles références étalées sur plusieurs années et en général un gage du niveau de qualité proposé.

Dans le prix d’un site à 10 000€, vous pourrez trouver de l’assistance à maîtrise d’ouvrage, de la rédaction de textes, de la création de logo, plusieurs versions de site, de nombreuses pages, des fonctionnalités qui feront gagner 1 heure par semaine au client, du référencement Google qui apportera X prospects par mois… Autant de travail qui peut largement justifier un prix. Le tout, et j’insisterai très largement là dessus, c’est de bien comprendre ce que vous achetez. Ce que vous faites vous-même et ce que fait l’agence. Le résultat certain que vous pouvez escompter (responsive design, nombre de versions proposées, nombre de pages, fonctionnalités attendues etc…) et celui qui présente une part de risque (graphisme à votre goût, positionnement final dans Google etc…).

« Mais enfin, j’étais venu cherché un prix et vous n’en parlez pas ! ». Mais si enfin ! Je ne fais que ça… Bon vous voulez du chiffre, des €, du gros dollar ? En voici :

Site vitrine : 2500€

Site e-commerce : 6000€

Voilà des nombres jetés en pâture. Et comme on n’a parlé de rien, et bien leur valeur est à l’avenant ! De grâce, parlons de votre projet avant d’y poser un prix !

Bref, si vous avez les moyens de le faire, l’agence est aujourd’hui le meilleur endroit pour traiter un projet web. Un site internet est graphique, technique et l’instrument de votre visibilité. Ce sont au minimum 3 métiers complètement différents et souvent, la bonne réponse se situe à ce niveau.

Do it yourself, Jean Luc, Winsiders, et cousin Hubert. Boivent à la source du talent commercial, pour convaincre le prospect.

Quid de la location de site internet vs l’achat sec

Attention attention alerte ! Ne mélangeons pas tout. Achat, location et propriété sont des notions différentes. Appelons tout de suite à la rescousse, une Audi A3. Vous pouvez rouler avec, selon 4 possibilités principales :

  • 1 : En l’achetant.
  • 2 : En la louant pendant une longue durée (LLD), disons 48 mois.
  • 3 : En la louant avec option d’achat (LOA), disons 48 mois + 8000€ pour lever l’option.
  • 4 : En la volant (pour des questions de rapidité et de légalité, nous n’étudierons pas cette possibilité).

Vous aimerez la LLD et la LOA si :

  • Vous êtes du style à changer de voiture tous les 4 ans.
  • Vous aimez lisser les coûts de l’entretien dans une mensualité pour ne pas avoir de douloureuse révision à payer (courroie de distribution, si tu nous regardes).
  • Vous n’aimez pas aller chaque semaine actualiser votre annonce sur Leboncoin et répondre à « Frère, je te l’échange contre une Clio 1 tuning ».
  • Vous n’avez pas 30 000€ cash sur votre compte.

Si vous vous reconnaissez la dedans, la location de site internet peut vous intéresser. Notez également que quand vous « achetez » votre appartement, vous êtes techniquement propriétaire, si et seulement si vous arrivez à rembourser votre crédit. Sinon la banque pourra vous rappeler la nuance, entre la propriété « pleine » et la propriété assortie de privilèges pour les prêteurs de deniers. Bref, la notion de « vous êtes pleinement propriétaire à l’issu de votre crédit » semble plus juste. Elle se rapproche alors énormément de la LOA à mon sens, lorsque l’option d’achat d’un site internet est faible.

La morale de tout ça, c’est que peu importe la manière, l’important c’est de savoir combien le projet global va coûter, ce qu’il contient, et si à la fin on peut sortir du système locatif. Et à quel prix et conditions ! Oui, tout ne se vaut pas… Si votre site web est en opensource (WordPress, Drupal, Joomla etc…), lorsque vous l’achetez vous n’avez pas à vous soucier de savoir si le système permettant de modifier votre site (le CMS) sera accessible pour vous quand vous aurez rompu toute relation avec votre agence. Etant en opensource, il vous restera accessible par définition.

Si en revanche vous achetez un site conçu par un CMS dont la propriété est à votre agence, pensez à demander comment vous pourrez continuer à modifier votre site, si vous rompez toute relation avec le prestataire… Achèteriez-vous toujours cette Audi, si une fois vendue, vous ne pouviez plus jamais changer une bougie, sans l’accord du concessionnaire initial ? Bien sûr, la fidélité et l’amour éternel existent ! Loin de moi tant de pessimisme. Reste à savoir si vous êtes sûr du mariage avec votre agence web, avant de vous laisser passer la corde… pardon, la bague au doigt.

Mon cousin/ami/neveu, ce crack en informatique

Et oui. Le voici, le voilà, ce concurrent terrible face auquel, toute agence web du monde, même la plus puissante d’entre nous, s’est forcément un jour inclinée. Si je ne suis pas encore sûr, qu’on a tous en nous quelque chose de Tennessee, je suis suis en revanche certain que bon nombre de nos prospects ont un contact qui est un génie. Je ne le nie pas. Comment le pourrais-je ? Je n’ai pas la prétention de connaître vos proches ! Par contre, je vous invite à considérer les inconvénients suivants (oui bon pour les avantages c’est vite vu : « c’est pas cher, ça le fait bosser, et en plus comme on est proches, il va vachement bien s’occuper de moi ») :

  • a : Relire le paragraphe sur les indépendants
  • b : Que faire s’il y a un problème de qualité sur le travail final, vous sentirez vous libre de demander tout ce qu’il y a à demander ? Qui rend service à qui ?
  • c : Combien de temps cela va-t-il prendre si l’ami en question agit en heure sup’ ? Et aura-t-il le temps de continuer à s’occuper de tout ça dans 1 an ?
  • d : Et si c’était lui qui avait volé l’Audi A3 ?

Bref, travailler en famille (ou avec un ami) est souvent une bonne solution financière et même parfois relationnelle, on ne peut pas le nier. Il faut juste tout clarifier dès le départ et ne pas forcément considérer le site comme un élément central de sa stratégie. Car il faut pouvoir garder une liberté d’action, dans sa relation avec un fournisseur, au risque d’être piégé en cas de détérioration.

Conclusion

Qu’il s’agisse de la nature de votre projet ou du prestataire final retenu, il y a de bonnes raisons de trouver des sites internet à tous les prix. L’important, c’est d’une part d’être conscient de vos moyens financiers ainsi que des enjeux que représente le site pour vous, et d’autre part d’évaluer la qualité / les méthodes des prestataires en face de vous. Votre degré de mise à contribution doit également être bien soupesé (une prestation do-it-yourself est censée être très bon marché).  Découvrez ce que vous achetez, et auprès de qui vous les faites. Si vous avez des questions sur ce sujet, n’hésitez pas à nous contacter !